Topsites
Égaré dans ce vaste monde ?

Ici vous trouverez l'ensemble des sujets les lieux, l'histoire et tout ce qui peut être utile au jeu.


 

Partagez | 
 

 La race des Hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 205

Date d'inscription : 31/12/2014

PNJ
MessageSujet: La race des Hommes   Mar 9 Juin - 20:21

Les Hommes


“Au premier lever du Soleil, les Derniers Enfants d'Ilúvatar s'éveillèrent au pays d'Hildórien, à l'est de la Terre du Milieu, et comme le Soleil s'était levé à l'ouest leurs yeux s'ouvrirent à sa vue et leurs pas, pour la plupart, se dirigèrent vers lui quand ils se mirent à errer sur la Terre.”




Dans ce sujet, nous traiterons de l’histoire des Hommes dans un premier temps. Cette histoire est toutefois incomplète et nous n’avons guère d’informations de ce qu’il est convenu d’appeler les hommes moindres avant le Troisième Âge.
La seconde partie du sujet sera beaucoup plus détaillée et importante puisqu’elle fournira les informations essentielles sur les différents peuples d’hommes vivant en Terre du Milieu.

Voici ce que vous pourrez retrouver dans ce sujet :





L’histoire des Hommes (Temps Anciens)


Le Premier Âge
Suivant l’arrivée des Elfes, les Hommes furent les deuxièmes enfants d’Ilúvatar. Leur éveil date du premier lever du Soleil, au début du Premier Âge. De ce fait, les Elfes les surnommèrent Enfant du Soleil. Peu après leur éveil, Morgoth vint à eux et parvint à les corrompre dans leur majorité. Ils lui vouèrent une vénération sans fin, les précipitant dans l’abîme.
Cependant, certains ne se laissèrent pas tromper par les ruses du sombre Vala et ceux-là firent route vers l’ouest. Leur marche fut particulièrement longue. Certains n’allèrent pas au bout du chemin et s’établirent en Rhovanion et en Eriador. Ceux qui poursuivirent finirent par franchir l’Ered Luin en l’an 310 du Premier Âge. Ainsi débuta l’histoire des hommes.

Ces hommes étaient divisés en trois peuples et leur nom venait de leur chef.

  • Le premier fut le peuple de Bëor. Ils étaient deux milles et furent les premiers à venir en Beleriand. Ils s’installèrent tout d’abord en Ossiriand avant d’être découverts par Finrod Felagund, Seigneur des Elfes. Celui-ci se lia d’amitié avec les hommes et leur prodigua attention et conseil. Toutefois certaines voix s’élevèrent au sein de la communauté et certains remirent en cause l’existence des Valar et la bienveillance des Elfes. Leur leader, Bereg, descendant de Bëor, quitta avec mille hommes la tribu et partit vers le Sud. On n’entendit plus jamais parler d’eux.
    Par la suite, les hommes du peuple de Bëor furent mêlés à la guerre contre Morgoth. Au cours de cette guerre, ils subirent une attaque terrible. La quasi-totalité des hommes fut abattu. Alors que Barahir resta avec une douzaine d’hommes pour mener une guérilla aux créatures du Mal, Emeldir, son épouse, emmena les femmes et les enfants en Brethil où ils trouvèrent refuge.
    De ce couple (Barahir/Emeldir) jaillit une descendance dont la grandeur subsiste encore aujourd’hui, au Troisième Âge puisque leur enfant fut Beren, époux de Lúthien Tinúviel et que leur descendant portèrent des noms aussi prestigieux que : Dior, Elwing, Elrond, Elros (premier roi de Númenor), Elendil et de nos jours Aragorn.

  • Le second fut le peuple de Haleth. Des trois peuples, le peuple de Haleth était le plus différent des deux autres. Leur nature était très conservatrice et ils se méfiaient des nouveautés. Leur langue était également très différente. Mais ils excellaient dans l’art du combat et, malgré leur faible nombre, étaient redoutés.
    Ils s’installèrent tout d’abord au nord du Beleriand. Là, ils furent attaqués par les orques. Ils résistèrent farouchement mais ils durent leur survie à l’intervention des Elfes. Haleth la Chasseresse devint la chef de la tribu et mena son peuple vers l’ouest. Elu Thingol, Seigneur des Elfes, leur céda un campement au sud de la forêt de Brethil. En échange, ils promirent de défendre des créatures de Morgoth le gué de Teiglin.
    Toutefois les forces de Morgoth furent trop puissantes et lors de la bataille de Nirnaeth Arnoediad, ils furent décimés. Ils ne purent alors tenir leur rôle de protecteur du gué et ils furent incapables d’empêcher les forces de Morgoth de marcher sur Nargothrond. Vers l’an 500, le peuple de Haleth était proche de l’extinction, sans chef.

  • Le troisième fut le peuple de Marach, plus tard appelé peuple de Hador. Ils étaient les plus nombreux (environ 10 000 hommes). Ce grand nombre fit qu’avec le temps, le peuple se scinda. Une partie alla auprès du Roi Fingolfin en Hithlum alors qu’une grande partie s’installa sur le versant austral de l’Ered Wethrin.
    Fingolfin offrit le fief de Dor-lómin au peuple de Hador. Ils combattirent contre Morgoth auprès des Noldor du Souverain Elfe. Lors de la bataille de Nirnaeth Arnoediad, Húrin, Seigneur de Dor-lómin fut capturé par Morgoth. Son histoire fut l’une des plus terribles de l’œuvre de Tolkien.
    Morgoth offrit les terres de Dor-lómin aux Orientaux qui réduisirent en esclavage le peuple de Hador. Ils subirent de lourdes pertes mais restèrent plus nombreux que les deux autres maisons.


Au cours du Premier Âge, les Elfes subirent la trahison d’autres hommes : les Orientaux. Ces hommes, étaient petits, trapus, au teint mat et aux cheveux noirs. Ils arrivèrent au Beleriand en 463 du Premier Âge. On pouvait distinguer deux motivations à cette venue. Si certains vinrent, à l’image des premiers hommes, afin de profiter des riches terres du Beleriand ; d’autres vinrent sur les ordres de Morgoth. Lors de la bataille de Nirnaeth Arnoediad, les Elfes mandèrent l’aide des orientaux. Mais ceux fidèles à Morgoth les trahirent en pleine bataille et provoquèrent la défaite des Elfes et de leurs alliés.

Du fait de cette trahison, les Elfes se détournèrent des hommes. Toutefois, ils maintinrent leur confiance aux Edain, les trois premiers peuples. Après la Guerre de la Grande Colère et la submersion du Beleriand, les Valar firent des dons aux Edain survivants. Tout d’abord, ils leur donnèrent une espérance de vie prolongée. Ensuite, ils reçurent un enseignement de la part d’Eönwë. Enfin, ils leur offrirent une terre où s’installer : Númenor. Les trois peuples ne formèrent alors plus qu’un : les Dúnedain.


Le Deuxième Âge
Les Dúnedain (Edain de l’Ouest) vinrent s’installer sur le Pays de l’Offrande, Andor, plus couramment appelé Númenor, le Pays de l’Ouest. En échange des dons des Valar, les Hommes durent effectuer la promesse que jamais ils ne tenteraient de rejoindre Aman.

Leur premier Roi fut Elros Tar-Minyatur, frère d’Elrond et lui succéda son fils, puis le fils de son fils, cela durant une longue période. Les Númenóréens devinrent des hommes de grande sagesse et cela leur permit de faire croitre leur puissance et leur richesse. Ils excellaient dans de nombreux arts comme la cavalerie, l’archerie et la navigation. Grâce à ce dernier point, ils partirent vers les Terre du Milieu vers l’an 600 du Second Âge. Là, ils retrouvèrent ceux qui ne s’étaient rendus en Beleriand. Dans leur sagesse ils enseignèrent aux hommes moindres de la Terre du Milieu leur savoir.

Amis des Elfes, les hommes de Númenor débarquèrent au Lindon à la tête d’une grande armée en 1700 du Second Âge afin de prêter main forte à Gil-galad et aux Elfes qui luttaient contre Sauron. En 1701, tout l’Eriador fut repris et Sauron dut s’enfuir à l’Est. Mais cette victoire fit lentement naître un sentiment de fierté dans le cœur des Edain de l’Ouest. Cette fierté se mua progressivement en arrogance puis en mépris.
Ainsi, vers 1800, ils se lancèrent dans une guerre de domination de la Terre du Milieu avec Sauron. Ils asservirent les hommes moindres pris en tenaille entre leur arrogance et le mal de Sauron. Des villes furent fortifiées (Umbar par exemple), des garnisons vinrent y stationner et des tributs furent versés par les vaincus, ne faisant qu’augmenter la richesse incommensurable des Rois de Númenor.

Un nouveau pas fut franchi en l’An 2251. L’Ombre grandit en Númenor et des voix s’élevèrent contre l’Interdit des Valar. Une partie de la population se mit à jalouser l’immortalité des Eldar qui leur était refusée, à tort selon eux. Lentement la population se scinda en deux factions. La première fut dite du Roi. Elle était majoritaire dans l’ensemble du Royaume. La seconde fut appelée des Fidèles car fidèle aux Eldar elle resta. Ceux-là partirent vivre dans l’ouest de l’île et dans des colonies en Terre du Milieu non loin des territoires de Gil-galad. En 2899, Ar-Adûnakhôr fut le premier à ne pas utiliser le quenya pour son nom de souverain et il décida de proscrire les langues eldarines au profit de l’adûnaïque. Il prit le nom de « Seigneur de l’Ouest », ce qui était le titre réservé à Manwë.

Le roi Tar-Palantir tenta bien de se repentir et de rendre à l’île sa sagesse d’autrefois, le mal était désormais trop ancré dans les cœurs. Ainsi, son successeur et neveu, Ar-Pharazôn en fut l’exemple parfait. Bouffi d’orgueil, il partit en Terre du Milieu à la tête d’une impressionnante armada afin de défier Sauron. Ce dernier se laissa emprisonner et emmener captif vers Númenor.
La machination de Sauron put alors débuter. Lentement, il parvint à séduire l’élite de Númenor et à devenir un conseillé du Roi. Débuta alors la fin de Númenor. Les Fidèles furent persécutés et des sacrifices humains eurent lieu en l’honneur de Melkor. Craignant la mort, Ar-Pharazôn demanda conseil à Sauron. Ce dernier lui conseilla d’attaquer les Valar, responsables de sa mortalité et de prendre le trône d’Arda à Manwë. Grâce à cela, il pourrait gagner pour lui et les siens, l’immortalité.

Le Roi Ar-Phârazon arma alors l’armada la plus grande qu’Arda ait connu et fit voile vers Aman afin d’en découdre avec les Valar. Manwë demanda alors l’intervention d’Ilúvatar. Les armées du Roi des Hommes furent détruites lorsqu’elles posèrent le pied en Aman. Númenor fut ensuite submergée.
Seul neuf navires, guidés par les Fidèles parvinrent à s’échapper du déluge et à rejoindre la Terre du Milieu et le Lindon. A leur tête était Elendil et ses fils. Ensemble ils fondèrent les Royaumes en exil du Gondor et de l’Arnor qui mèneraient, à la fin du Deuxième Âge, une guerre sans pitié et victorieuse contre Sauron. Le Seigneur Ténébreux pouvait de son côté également compter sur le soutien d’hommes de l’ancienne Númenor en la personne des survivants des colonies comme Umbar. On les appela les Númenóréens noirs.

Ainsi s’acheva le Deuxième Âge et la domination des Dúnedain se fit en Terre du Milieu puisqu’ils devinrent les souverains des hommes.



Les Hommes du Troisième Âge


Au Troisième Âge, la majeure partie de la Terre du Milieu est peuplée par les Hommes. Les Royaumes d’Arnor et de Gondor furent sous l’apanage des Dúnedains et prospérèrent longtemps avant que leur règne ne décline, comme leur race. Les Hommes du Nord du Rhovanion devinrent petit à petit plus importants. Il s’agit des Hommes de Dale, des Éothéod (qui devinrent les Rohirrim) et des Béornides. Parmi ces peuples libres l’on compte également les Hobbits.

Au cœur de la Terre du Milieu, des peuples plus sauvages existent toujours. Ce sont les Dunlendings que l’on trouve au Pays de Dun mais également les Drúedain sur les extrémités occidentales et orientales des Montagnes Blanches.

Enfin, sous la houlette de Sauron se trouve encore quelques races d’homme. Parmi eux, les Orientaux, les Haradrim, les Pirates d’Umbar mais aussi les Númenóréens Noirs.

Ci-dessous vous seront apportées des précisions sur chacune des branches des Hommes.


Les Hommes libres

  • Les Dúnedain
    Les Dúnedain sont les descendants des hommes de Númenor en Terre du Milieu. Ils jouissent comme leurs ancêtres d’une espérance de vie plusieurs fois supérieure à celle d’un homme commun. En outre, ils ont conservé un savoir qui en fait la lignée dominante des hommes. Sauron les craint pour leur faculté sans égale en Arda. Toutefois, ils déclinent lentement du fait de leur union avec des hommes moindres mais parmi la lignée des Intendants ou des descendants d’Isildur, le sang est encore pur.
    Plus d’informations sur leur histoire sont disponibles dans les sujets relatifs au Gondor et à l’Eriador.

  • Les Rohirrim
    Les Rohirrim sont à l’origine des Hommes du Nord. A l’image d’autres peuples, ils vivaient dans le Rhovanion. Ils vinrent en aide à l’intendant Cirion de Gondor qui leur fit don du Calenardhon. Ils prospérèrent par la suite et furent réputé pour leur habileté à la guerre et comme éleveurs de chevaux.
    Plus d’informations sur leur histoire dans le sujet relatif au Rohan.

  • Les Hommes de Dale
    Comme les Rohirrim, les Hommes de Dale sont originellement des Hommes du Nord. Ils s’installèrent petit à petit près du Long Lac et d’Erebor et parvinrent à entretenir de bonnes relations avec leurs voisins Elfes et Nains. Les Hommes de Dale sont aussi appelés les Hommes du Val.
    Plus d’informations sur leur histoire dans le sujet relatif au Pays de Dale.

  • Les Béornides
    Les Béornides, également appelés peuple de Beorn sont à l’origine des Hommes du Nord, comme le sont les Hommes de Dale et les Éothéod. Leur Seigneur se nomme Beorn le Changeur de Peau. Leur territoire s’étend dans le Val d’Anduin. Ils ont de bonnes relations avec les Nains d’Erebor et les Elfes de la Forêt Noire. En outre ils entretiennent et veillent à la sûreté des routes traversant leur Terre, du Haut Col et du gué du Carrock.
    Attention, il est important de préciser que si Beorn était un changeur de peau, cela n’est pas l’apanage de son peuple. Seul Beorn et son fils, Grimbeorn sont reconnus comme changeur de peau. En règle générale, les béornides sont des hommes de grande taille, robuste et aux cheveux bruns. Ils vivent comme des paysans ou des bergers et aiment la vie proche de la nature.

  • Les Hobbits
    Difficile de résumer l’œuvre de Tolkien en ce qui concerne les Hobbits tant il a été prolifique sur le sujet.
    Les Hobbits ne sont pas à proprement parlé des hommes. On les appelle d’ailleurs les Semi-Hommes. On ne connait rien de leur histoire dans les Jours Anciens et la première apparition des Hobbits dans l’histoire d’Arda remonte à l’An 1050 du Tiers Âge. Alors qu’une ombre s’étend sur Vertbois-le-Grand, on raconte que des Hobbits franchirent les Monts Brumeux et vinrent s’installer en Eriador.
    Ils sont alors séparés en trois peuples : les Pieds Velus, les Pâles et les Forts. En 1601 du Troisième Âge (qui devint l’An 1 selon le comput de la Comté), le Roi d’Arthedain, Argeleb II leur confia une terre qu’ils nommèrent Comté. La plupart des Hobbits y vivent désormais, en dehors de quelques-uns demeurant à Bree et d’autres dans la vallée de l’Anduin (à l’image de Sméagol).
    Les Hobbits sont un peuple facétieux, curieux, joyeux et hospitalier. Ils aiment discuter et se retrouver autour d’une choppe après une journée de labeur. Mais ils peuvent se montrer craintifs et casaniers. Il ne faut jamais leur parler d’une aventure, de quelque sorte que ce soit. Les Hobbits n’aiment vraiment pas cela.
    Leur espérance de vie est d’environ 80 ans mais il n’est pas rare qu’ils dépassent les 100 ans. Avec l’âge, leur amour de la bonne chère leur prodigue de l’embonpoint. Ils sont de petites tailles, pour des hommes, ils sembleraient être des enfants. De manière générale, les Hobbits craignent l’eau, en dehors de quelques-uns de leur peuple.
    Enfin, bien qu’ils soient craintifs et n’hésiteront pas à reculer devant le danger, ils peuvent, lorsqu’ils sont poussés dans leurs ultimes retranchements, faire preuve d’une ténacité que ne renieraient pas les Nains, en plus d’une bonne dose d’astuce.



Les peuples primitifs

  • Les Lossoth
    Les Lossoth sont un peuple vivant au nord de l’Eriador, dans la baie de Forochel. Ils vivent dans des huttes et utilisent des chariots et des skis pour se déplacer. On ne dispose pas de nombreuses informations sur leur compte. Ils aidèrent Arvedui, dernier Roi d’Arthedain lors de sa guerre contre le Roi Sorcier d’Angmar en  fournissant logements et nourritures aux siens lors de l’invasion qu’ils venaient de subir.

  • Les Drúedain
    Les Drúedain étaient une race d’hommes que les Eldar comptaient parmi les Edain. Ils étaient plutôt trapus et leurs faces n’avaient rien d’agréable mais ils étaient dotés de nombreux talents : un excellent odorat, une vue perçante, de grands talents en botanique et surtout en sculpture. Leurs œuvres les plus réputées étaient les Pierres de Garde qui les représentaient et dans lesquels, dit-on, ils parvenaient à transmettre une partie de leur pouvoir. On peut les voir aujourd’hui encore à Dunharrow.
    Une petite partie de leur peuple passa au Beleriand au Premier Âge. Ils subirent les foudres de Morgoth, comme chacun des peuples des Hommes. Comme récompense, ils partirent également en Númenor. Ils quittèrent cependant rapidement l’île, ne voyant pas d’un bon œil les aventures navales des Rois. On dit que les derniers à partir le firent lorsque Sauron fut amené captif en Númenor.
    Cependant, la plupart de ce peuple ne passa jamais à l’ouest et resta en Terre du Milieu. Ils vécurent sur les versants des Montagnes Blanches avant d’en être chassé par de mauvais hommes. Aujourd’hui ils restent cachés sur les extrémités des montagnes. C’est un peuple secret et furtif, qui est bien souvent harcelé par les autres races d’homme dont les Rohirrim.
    On dit que les hommes de Lossarnach au Gondor descendent des Drúedain.

  • Les Dunlendings (Hommes du Pays de Dun)
    Ils sont ceux du peuple de Haleth qui ne franchirent pas les Montagnes Bleues. Ils occupèrent l’Eriador durant le Premier Âge. Au Second Âge, ils vivaient dans les grandes forêts de l’Enedwaith et du Minhiriath.
    Ils virent d’un bon œil l’arrivée des Númenóréens mais avec le temps, les Rois demandèrent des tributs de plus en plus importants et ils les chassèrent des rivages. Certains partirent vers l’ouest et s’établirent dans les bois d’Eryn Vorn, d’autres allèrent dans le nord et devinrent les ancêtres des Hommes de Bree. Les derniers, enfin, se rendirent vers les Monts Brumeux et dans la vallée nord des Montagnes Blanches où ils entretinrent une grande rancœur envers les Hommes de Númenor.
    A la fin du Second Âge, le Royaume de Gondor s’étendait sur les terres occupées par les Dunlendings. Ainsi Isildur s’allia avec l’un de leur Roi dans sa lutte contre Sauron. Mais ce dernier le trahit. En retour, Isildur le maudit et le condamna à errer dans les galeries creusées sous le Dwimorberg, sinistrement connu aujourd’hui sous le nom de Chemin des Morts.
    Par la suite, les Dunlendings vécurent en Calenardhon mais, à la suite du Don de Cirion, ils en furent chassés par les Rohirrim. Lors du Long Hiver, ils parvinrent à envahir le Rohan. Mais le Roi Fréaláf les vainquit et les chassa à nouveau. Ils s’installèrent finalement au Pays de Dun et au fil des années, commencèrent à entretenir de relations avec Saruman.
    Les Dunlendings sont des hommes grands, basanés et leurs cheveux sont bruns. Ils vouent une haine farouche envers les Rohirrim qu’ils appellent dans leur langue Forgoil (tête de paille). En outre, ils nourrissaient une grande rancœur envers les Dúnedain, héritiers de Númenor qui les avait chassés de leur terre puis ignorés.



Les fidèles de Sauron
Au cours de ses siècles en Terre du Milieu, le Maléficien s’est acquis les faveurs des hommes de l’Est. De sa main de fer, il les a converti à sa sombre religion et à ses terribles préceptes. Ainsi, les peuples sous son joug vivent dans un grand dénuement et seules les qualités de guerriers sont récompensées. Les faibles sont ainsi offerts en sacrifice sur l’autel de Morgoth et les grands chefs de tribu n’hésitent pas à boire le sang de leurs victimes afin de prouver à tous leur supériorité.
Au sein de ses peuples règnent une guerre perpétuelle. Seuls les plus puissants recevront les faveur de leur Maître et ils se mènent donc un affrontement sans merci afin de prouver leurs valeurs. Piller, assassiner et humilier sont leur pain quotidien. S’ils effectuent de nombreux raids chez leurs voisins occidentaux de l’ouest (Gondor et Dale), ils cherchent à asseoir leur suprématie au sein de leur propre frontière, d’où il n’est plus de nouvelles au delà. Toutefois, certains voyageurs décrivent la présence de grandes forteresses dont le sommet ressemble à des pyramides d’où l’on peut entendre, parfois, des chants lugubres.


  • Les Númenóréens Noirs
    Les Fidèles ne furent pas les seuls Hommes de Númenor à survivre à la submersion de l’île. Au cours du second Âge, les Númenóréens construisirent des colonies en Terre du Milieu. Si Pelargir avait accueilli des Fidèles, Umbar avait accueilli les Hommes du Roi. Ainsi, à la fin de Númenor, ces derniers restèrent hostiles aux Fidèles et furent appelés Númenóréens Noirs.
    Sauron recruta parmi ces hommes trois de ses plus fidèles lieutenants, les Nazgûl. On n’entendit guère parler du peuple des Númenóréens Noirs au cours du Tiers Âge. Seul deux se distinguèrent : la Bouche de Sauron, émissaire malfaisant du Seigneur Ténébreux et la mauvaise Reine du Gondor, Dame Berúthiel.

    Lors de la Bataille des Terres Brunes [Event 1], ils refirent parler d’eux, se montrant enfin au grand jour. Avec à leur tête un des leurs maîtrisant la magie, ils faillirent défaire Boromir du Gondor et le roi Thranduil ainsi que leurs troupes qui ne durent leur survie qu’à l’intervention des bardides et des beornides.

  • Les Orientaux
    La plupart des hommes ayant combattu pour Morgoth et Sauron sont appelés Orientaux. Ils sont originaires des régions à l’est de la Mer de Rhûn. De manière général, ce terme est usité pour désigner les ennemis venus d’Orient. En outre, ils ont le teint hâlé, les cheveux bruns et le regard sombre.
    Ils sont composés de nombreuses tribus comme les Gens-des-Chariots et les Balchoth pour les principales.
    Les Gens-des-Chariots furent un terrible ennemi du Gondor. Ils combattaient à l’aide de char mais ils avaient une armée complète avec des cavaliers, archers et fantassins et faisaient preuve d’une habileté terrible au combat. Toutefois, on ne les a pas revus depuis près de mille ans.
    Les Balchoth sont les parents des Gens-des-Chariots. Comme eux, ils utilisent des chars dans la guerre. Toutefois, ils sont moins bien équipés et doués pour le combat. Cependant, ils font preuve d’une sauvagerie terrible et leur nombre fait la différence. Ils participèrent à la guerre durant laquelle naquit l’amitié entre le Gondor et le Rohan.
    Le peuple de Nurn est un peuple d’esclaves pour les Hommes venus d’orient et du sud.

  • Les Haradrim
    Les Haradrim (ou Suderons) sont les ennemis les plus récurrents du Gondor. Ils ont la peau sombre et les cheveux crépus, portent des vêtements écarlates et dorés et semblent affectionnés les bijoux d’or et airain. Ils sont d’habiles combattants et se sont mêlés aux Númenóréens Noirs. Ils manient de préférence la lance et le cimeterre et ont des archers habiles. Leurs cavaliers sont brillants bien qu’ils soient peu nombreux. En outre le Harad abrite les terribles oliphants (mûmakil)
    On ne connait guère d’éléments sur l’histoire du Harad et de son peuple mais leur cruauté est légendaire et l’on dit qu’ils n’ont rien à envier aux orques.
    Les Variags sont un peuple d’homme venus du Khand, au sud-est du Mordor. Les Variags sont des guerriers à l’apparence terrible et cruelle. Ils se couvrent le corps de peinture et sont de redoutables adversaires.

  • Les Corsaires d’Umbar
    Une longue histoire lie Umbar et le Gondor. Au cours du Troisième Âge, la Cité côtière sembla être soumise aux héritiers d’Elendil mais la Lutte Fratricide changea tout cela. Des Dúnedain, des Númenóréens Noirs et des hommes moindres s’y mêlèrent dans la haine du Gondor. De nombreuses guerres eurent lieu entre les deux peuples et avec l’affaiblissement du Gondor, Umbar se détacha de son emprise.
    Dès lors, le peuple d’Umbar, communément appelé Corsaire, a intensifié ses raids sur les côtes du Gondor. Leur arrivée est toujours redoutée car ils sont les ennemis les plus efficaces et puissants au combat de toutes les légions de Sauron.

    Il y a peu, ils traversèrent l’Anduin afin de mener une cargaison à Dol Guldur. Ils furent défaits à la Bartaille des Terres Brunes [event 1] mais parvinrent grâce à l’aide des Númenóréens Noirs à acheminer leur cargaison vers la terrible forteresse du Mal.



Sources
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdardra.forumactif.org
 

La race des Hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Race] Les hommes-arbres
» La race des Hommes
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Pourquoi une " race " plutot qu'une autre?
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Arda :: Sur le Seuil... :: Habitants-