Topsites
Égaré dans ce vaste monde ?

Ici vous trouverez l'ensemble des sujets les lieux, l'histoire et tout ce qui peut être utile au jeu.


 

Partagez | 
 

 La race des Elfes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 205

Date d'inscription : 31/12/2014

PNJ
MessageSujet: La race des Elfes   Mar 9 Juin - 20:22

Les Elfes


“Les Elfes donnent rarement un avis inconsidéré, car un avis est un don dangereux, même de sage à sage, et tous les partis peuvent mal tourner.”




Les Elfes sont les premières créatures à s'éveiller et à parcourir les Terres du Milieu et furent également les premiers doués de parole. Ils constituent une race immortelle de créatures nobles et gracieuses. Ils ressemblent aux Humains bien qu'ils irradient une lumière intérieure qui trahit la nature singulière de leur esprit et de leurs dons.

La majeur partie de ce peuple a quitté la Terre du Milieu pour rejoindre les Valar en Aman mais certains noyaux demeurent encore. On les retrouve notamment à Foncombe, au Lindon, en Lórien et dans la Forêt Noire.

Voici ce que vous pourrez retrouver dans ce sujet :



Présentation

Bien qu'étant semblables aux Humains, les Elfes ont quelques différences, subtiles mais importantes. Ils sont en général plus grands que les Humains mais sont tous sveltes et ont un système pileux moins développé ; à quelques exceptions près, les Elfes sont glabres. Leurs traits fins et gracieux, leur peau que rien ne gâte et leurs yeux brillants se combinent pour leur donner une aura enchantée. Une étrange légèreté et la souplesse de leurs mouvements leur confèrent une démarche gracieuse : il n'est donc pas surprenant qu'ils soient si agiles et aient le pied si léger que leurs pas laissent peu de traces sur la neige fraîchement tombée. Leur frêle apparence est trompeuse car ils sont immunisés contre toutes les maladies et sont capables de grandes prouesses physiques, sans compter qu'ils ont une très grande résistance aux températures extrêmes.

En outre, ils sont immortels et accusent les ans avec grâce et d'une manière presque imperceptible.

De toutes les créatures mythologique du Seigneur des Anneaux, les Elfes sont de loin les plus doués. Leur capacité à l'arc et à la lame elfique ont fait d'eux des guerriers redoutables. Ce sont aussi les ennemis de Sauron et ils l'ont vaincu à plusieurs reprises.
Les Elfes vivent surtout la nuit, ils ont une bien meilleure vue que les Hommes et possèdent également des réflexes particulièrement développés. Leur ouïe est tout aussi excellente, et c'est sans aucun doute une des principales raisons qui expliquent la qualité de la musique elfique. Leur amour pour la chanson est inégalé et a influencé leurs langages et leur façon de conserver leurs précieuses archives. Ils furent les premier à parler et à enseigner aux autres races le don du langage, d'où le nom que l'on donne à leur race : Quendi, "ceux qui parlent". Tous leurs langages, lorsqu'on les prononce correctement, ont une sonorité musicale et se prêtent particulièrement bien à la poésie. Les bardes elfes n'ont donc aucune difficulté pour perpétuer l'histoire de leurs peuples et de leurs épopées sous forme de merveilleuses chansons et de poèmes.

Les Elfes n'ont pas besoin de dormir, c'est la méditation qui leur apporte le repos. Pendant ces périodes de calme intérieur leurs souvenirs, les événements des temps passés resurgissent alors en une remarquable netteté. En général, ils se plongent dans cet état de transe pendant approximativement deux heures par jour mais ils peuvent supporter de rester de nombreuses journées sans prendre de repos.
Lorsqu'ils sont en train de méditer, les Elfes sont extrêmement difficiles à réveiller si ce n'est pas l'heure qu'ils avaient choisi avant de se mettre en transe. Cette façon de se reposer est en accord avec la prédilection des Elfes pour la nuit ; les Humains les ont souvent appelés le Peuple des Étoiles, ce qui n'est pas inexact car les Elfes voient aussi bien par une nuit étoilée qu'un homme en plein jour. La vue des Elfes est idéale tant pour la pénombre des forêts ombragées ou d'un ciel nuageux, elle leur donne une mobilité incomparable à celle des autres races. Dans l'obscurité totale toutefois, ils sont comme tout le monde : ils n'y voient rien du tout.



La culture elfique


De la naissance au mariage
Chez les Elfes, la grossesse dure environ un an. On ne fête pas le jour de la naissance de l'enfant mais le jour de sa conception. L'esprit de l'enfant elfe va se développer plus rapidement que son corps. Par conséquent, il parle, marche et danse dès la première année.
Vu le développement rapide de leur esprit, les jeunes elfes sont matures bien plus tôt que les humains ; cependant, ils n'atteignent la maturité qu'entre 50 et 100 ans et cessent finalement de vieillir.

Les Elfes se marient la plupart du temps librement (selon l'âge, les conjoints sont soumis à l'accord parental), par amour et en général, une seule et unique fois.
L'union est officialisée par des fiançailles matérialisées par l'échange d'anneaux, pour qu'un an plus tard leur relation se scelle par un mariage. Pour ce dernier, des mots sont échangés (incluant la prononciation du nom d'Eru Ilúvatar), une fête est donnée, puis le mariage doit être consommé. Les partis rendent leurs anneaux de fiançailles et en reçoivent d'autres, portés à l'index.
La coutume veut que la mère de la mariée offre au marié un bijou (Galadriel, la grand-mère d'Arwen, offre l'Elessar à Aragorn à la place de sa fille Celebrian car cette dernière est retournée aux Terres Immortelles).


La sexualité
Les Elfes voient l'acte sexuel comme extrêmement spécial et intime, car cela mène à la conception et à la naissance d'enfants. Le sexe extra-marital ou pré-marital est impensable, l'adultère est aussi inconcevable car la fidélité des conjoints est absolue (par déduction, la monogamie est de rigueur).
Les Elfes vivants ne peuvent être violés ; avant cela ils perdront la volonté d'endurer ces souffrances et partiront pour les Cavernes de Mandos.

La séparation durant la grossesse ou les premières années de vie de l'enfant est si pénible au couple (à cause d'une guerre par exemple) que les Elfes préfèrent avoir des enfants dans des époques paisibles. Les Elfes ont peu d'enfants en règle générale (Fëanor et Nerdanel sont une exception, car ils eurent sept fils), et il y a des intervalles relativement importants entre chaque enfant.

Ils sont bientôt préoccupés par d'autres plaisirs ; leur libido s'affaiblit et leur intérêt se porte ailleurs, vers les arts par exemple. Néanmoins, ils trouvent un grand plaisir dans l'union d'amour, et chérissent les jours partagés à élever les enfants comme les plus beaux de leur vie.


La vie quotidienne
Les Elfes, en particulier les Ñoldor, se préoccupent de choses diverses comme le travail de la forge, la musique et les autres arts, et, bien sûr, de manger. Hommes comme femmes peuvent tout faire de façon à peu près égale ; cependant les femmes elfes se spécialisent souvent dans les arts de guérison alors que les hommes vont à la guerre, cela parce qu'ils croient que prendre une vie est incompatible avec la possibilité de préserver la vie. Cependant, les Elfes ne sont pas confinés dans des rôles rigides ; les femmes peuvent se défendre en cas de besoin aussi bien que les hommes, et beaucoup d'hommes sont des guérisseurs qualifiés, comme Elrond.


La spiritualité
Les Elfes vénèrent les Valar et sont nombreux à bien connaître la nature. Ils n'ont toutefois pas de religion formelle, car ils préfèrent montrer leur respect au travers de la poésie et du chant et en se rassemblant pour célébrer la vie et les dons des Valar. Ce respect pour l'ordre des choses est en grande partie lié à leur acceptation du Destin qui leur fut fixé par le Chant de la Création. D'autre part une raison importante du respect qu'ils éprouvent pour les Valar provient de la compréhension et de la joie qu'ils éprouvent au regard des créations de la nature que ceux-ci leur ont transmises et qu'ils surveillent encore. Par-dessus tout, exception faite de Eru, ils vénèrent Varda, la Reine des Valar et l'être le plus beau de toute la création. Elle est celle qui donna la lumière, les Elfes l'appellent "la dame des Etoiles" (Elentari ou Elbereth).


La vieillesse et la mort
Les Elfes semblent parfois vieillir après la souffrance. Círdan apparaît comme vieilli, puisqu'il est décrit comme semblant âgé, si ce n'est les étoiles dans ses yeux ; cela peut être dû à toutes les tristesses qu'il a connues depuis le Premier Âge.
La vie des Elfes dure tant que le monde dure. Il est dit dans la Seconde Prophétie de Mandos qu'à la fin des temps, les Elfes se joindront aux autres Enfants d'Ilúvatar pour chanter la Seconde Musique des Ainur.
Les Elfes sont naturellement immortels, et restent infatigables avec l'âge. En plus de leur immortalité, les Elfes peuvent se remettre des blessures qui tueraient normalement un Homme mortel. Cependant, les Elfes peuvent être tués, ou mourir de chagrin et de "fatigue psychologique".
Finalement, s'ils ne meurent pas, les Elfes de la Terre du Milieu se lassent et désirent revoir Valinor, où les Valar ont jadis abrité leur peuple. Ceux qui veulent partir pour les Terres Éternelles partent souvent sur les bateaux des Havres Gris.

Les Elfes tombés en combat sont tirés du champ de bataille et leur corps est recouvert de pierre. L'esprit des Elfes décédés est convoqué aux Cavernes de Mandos, en Valinor, convocation que l'esprit peut refuser. Après un certain temps de purification, leur esprit est à nouveau vêtu de chair, et ils retrouvent un corps identique à leur corps précédent. Cependant, ces Elfes ne retournent quasiment jamais en Terre du Milieu et restent en Valinor. Glorfindel est une exception.
A la fin du monde, leur esprit immortel écrasera et consumera leurs corps, les rendant « immatériels », qu'ils décident d'aller en Valinor ou de rester en Terre du Milieu. Ainsi, tous les Elfes seront devenus invisibles aux yeux des mortels, sauf aux yeux de ceux à qui ils veulent se manifester.



Les langues

Au cours des Âges il y eu de nombreux dialectes et de variances selon les peuples. Le tableau trouvé ci-dessous dans “Les Archives de Gondor” est, je trouve, très bien fait mais comme toujours, pour plus d’informations, je vous invite à visiter les différents sites sur le sujet car il est très vaste et pas des plus simple.
Étant donné que nous sommes au Troisième Âge, le principal dialecte employé est le Sindarin mais certains peuvent encore parler le Quenya.
Pour lire quelques exemples de phrases efliques, rendez-vous ici.


Le Quenya
Le quenya, ou Haut Elfique, était la langue elfique majoritairement parlée par les Noldor, tant en Terre du Milieu qu'en Aman, les Vanyar (avec quelques différences) et les Valar.
Le quenya des Noldor, le noldorin, fut importé en Terre du Milieu par les exilés. Elwë (Elu Thingol), ayant été averti du massacre perpétré par les Noldor à Alqualondë, fit instaurer un édit interdisant l'usage du noldorin qui se figea vers la fin du Premier Âge pour devenir une langue secondaire, parlée presque exclusivement par les Noldor eux-mêmes, et apprise à partir de l'adolescence. Le quenya était notamment employé en Terre du Milieu pour certains noms, comme ceux de la famille royale de Númenor, ou pour les mois de l'année.


Le Sindarin
Le sindarin est la langue elfique la plus parlée de la Terre du Milieu. Elle est la langue maternelle des Sindar ou Elfes Gris. La langue originelle des trois clans elfiques, l'eldarin commun, évolua au Beleriand pour devenir le telerin. Le telerin évolua par la suite de manière divergente : les Teleri qui arrivèrent en Aman conservèrent le telerin alors que la langue de ceux restés en Terre du Milieu évolua de façon plus rapide, comme toutes choses sur ce continent, pour devenir le sindarin.

Après l’interdiction de la pratique du quenya, les Noldor furent contraint d’apprendre le sindarin (une langue considérée par eux comme inférieure), et se mirent à parler une langue gris-elfique influencée par leur langue maternelle : le golodhrin (du sindarin Golodh « Elfe Noldo »), respectant ainsi l'édit d'Elu Thingol tout en se démarquant de leurs frères sindarins. Le sindarin tel qu'il est présenté au Troisième Âge est donc la synthèse de cette évolution initiée par les Teleri et influencée par l'Exil des Noldor.

Le dictionnaire officiel est disponible ici.


Les écritures
Les Elfes sont aussi crédités de l'invention des deux principaux systèmes d'écriture : les tengwar de Fëanor et les cirth de Daeron.

Le Tengwar ou eldarin commun fut inventé par le Noldor Fëanor en Aman pour écrire le Quenya et il l’amena avec lui et les siens en Terre du Milieu. Le Tengwar est lui-même issu des deux premières formes d’écriture : le Sarati et le Rumil. Fëanor les adapta pour donner une structure plus adaptée et complexe. Cette écriture est aujourd’hui la plus répandue en Terre du Milieu.

Pour les cirth, voir ici.


Les noms
Les Elfes sont aussi appelés les Premiers-Nés ou les Aînés, par opposition aux Hommes, les Seconds-Nés, parce qu'ils ont été « éveillés » avant les Hommes par Eru Ilúvatar. Les Elfes se nomment eux-mêmes Quendi (« ceux qui parlent »), pour honorer le fait que quand ils ont été créés, ils étaient les seuls êtres vivants capables de parler. Les Dúnedain les appellent Nimîr (« les Belles Gens »), alors que leur nom habituel en sindarin est Eledhrim.

Le mot quenya pour « nom » est essë. Un Elfe de Valinor reçoit typiquement un nom à la naissance, par son père: ataressë, qui reflète généralement les noms des parents, indiquant l'ascendance de la personne, auquel on peut ajouter plus tard un préfixe plus spécifique.
Quand l'Elfe a grandi, il reçoit un deuxième nom: amilessë, donné par sa mère. Ce nom est extrêmement important et reflète la personnalité, les compétences, ou le destin, étant souvent « prophétique ».
L'epessë est le troisième type de nom. Il est donné plus tard dans la vie, pas nécessairement par la famille, à titre d'admiration ou pour honorer.
Dans quelques circonstances, un autre nom peut être choisi par l'elfe lui-même, et il est alors appelé kilmessë.
Les « vrais noms » restent les deux premiers, par lesquels un Elfe peut être désigné par tous les autres. Les noms maternels ne sont généralement pas utilisés par ceux qui ne connaissent pas particulièrement l'Elfe. Plus tard, les chants et récits peuvent utiliser n'importe lequel des quatre noms qui devient le plus utilisé et reconnu.

Un nom de famille est aussi utilisé : le nom du père avec le suffixe -ion. Ainsi, Gildor Inglorion est « Gildor, fils d'Inglor ».

Exemple :
Galadriel est la traduction sindarine d’Alatáriel, l’epessë en quenya telerin originellement donnée à celle-ci par Celeborn, ce qui signifie « jeune fille couronnée d'une guirlande radieuse ». Son nom paternel est Artanis (« femme noble ») et son nom maternel est Nerwen (« jeune fille-homme ») ;

Sur le forum, exception faite des personnages préexistants, vous êtes libres de trouver un, deux ou trois noms pour votre personnage, tant que cela respecte les principes cités plus haut.



La division des Elfes et les clans


Les Elfes se séparent en plusieurs familles selon leurs migrations ou leur lieu de vie. Voici un schéma simplifié (car il existe bien d’autres “clans”) :



  • Quendi : Tous les Elfes.
  • Eldar : Les Elfes de « la Marche vers Valinor », ceux qui entreprirent le voyage.
  • Avari : « Ceux du refus » qui demeurèrent sur place.

  • Vanyar : Clan des Eldar qui atteignit Aman.
  • Noldor : Clan des Eldar qui atteignit Aman.
  • Teleri : “les Derniers”. Clan des Eldar réunissant de très nombreux elfes. Tous ne choisirent pas la même voie. Les Teleri comprennent les Calaquendi, les Sindar et les Nandor.

  • Calaquendi : Les Elfes de Lumière (Hauts Elfes). Tous les Elfes ayant vu la lumière des Deux Arbres, qu'ils soient restés à Aman ou non. Opposés aux Moriquendi.
  • Sindar : Ils firent halte au Beleriand pour diverses raisons et ne virent jamais Aman.
  • Nandor : Ceux qui abandonnèrent la Marche à l'Est des Monts Brumeux, s'installant dans la vallée de l'Anduin. Ils ne virent jamais Aman.

  • Laiquendi : Nandor ayant rejoint les Sindar.
  • Umanyar : Les Eldar qui « n'étaient pas d'Aman ». Désigne essentiellement les Teleri restés en Terre du Milieu : les Nandor et les Sindar.

  • Moriquendi : « Elfes de la Nuit ». Ils ne virent jamais la lumière des Arbres (c’est le cas des Sindar et des Nandor).



Les semi-elfes

Les semi-elfes sont le fruit de l’union d’un(e) Elfe et d’un Homme. Ils sont également appelés Peredhil (sing. Peredhel) en sindarin.

Les unions les plus connues sont celles de :

  • Beren et Luthien
  • Idril et Tuor
  • Arwen et Aragorn

Le métissage se transmet à travers les générations. Par exemple, Arwen est une semi-elfe car elle descend de Beren et Luthien. En tant que telle, le semi-elfe peut choisir une vie immortelle ou de mortel, mais ce choix sera définitif.

Les unions entre un(e) Elfe et un Homme ne sont pas fréquentes mais il apparaît que la concentration de semi-elfes soit plus importante à Dol Amroth.

Sur le forum, deux groupes d’Elfes sont jouables : les Eldar et les Elfes Sylvains. Rendez-vous ici pour plus d'informations.


Sources
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lcdardra.forumactif.org
 

La race des Elfes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Race] Les Elfes Sauvages
» Race des Elfes
» La race des Elfes
» Les Elfes
» Pourquoi une " race " plutot qu'une autre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Arda :: Sur le Seuil... :: Habitants-